Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 13:25

Une fois n’est pas coutume, je fais un article écrit.

Au début je faisais beaucoup d’écrit et au fur et à mesure j’ai glissé vers le dessin. Mais les choses étant ce quelle sont (Mon scanner est mort et je tremble de plus en plus à cause du manque d’alcool/sexe/drogue/sport/sommeil/faites votre choix), j’ai décidé de vous raconter un autre de mes concept éducatif fumeux.

En ce moment je vis un grand truc, j’ai allègrement surfé sur la période de ‘’NON’’ de Kévin, retournant les questions, usant de la psychologie inversé et expliquant avec la voix d’Hannibal LECTER que si dans cinq secondes il n’avait pas regagné sa chambre, mis son pyjama, fait la vaisselle, réparé la fuite dans le toit et repeint la cage d’escalier il allait se prendre un mandale à lui décoller la mâchoire et lui faire faire trois tours dans son slip sans toucher les bords !

Mais là j’ai un mélange de pleurnichard Œdipien qui me hérisse le poil au plus au point !

A la moindre contrariété il fronce  le nez, plisse les yeux, grimace et couine dans les aigus comme ma grand-mère lorsqu’elle s’est pété le col du fémur. En général il couine un truc qui ressemble à ‘’jveeeeeeeuuuuumôômannnnn’’ que j’interprète comme un ‘’j’ai une furieuse envie d’être pressement mis en relation avec ma génitrice afin d’y recouvrer le soutien et l’affection nécessaire à mon développement’’.

Alors je tente de parlementer, de lui expliquer, de reformuler ou même de lui faire prendre conscience de la situation, mais j’ai l’impression de parler à un gamin, il s’enfonce dans sa moue boudeuse et ses cris de souris, souvent il pleure même.

Moi j’ai l’impression que je suis un monstre, un sans cœur, un tortionnaire sud colombien, Parfois je craque, je lui fais un câlin et je laisse passer, mais j’ai l’impression qu’il a gagné, d’autre fois lorsque je suis vraiment fatigué je me mets en colère (oui je sais que c’est mal).

Non sans rire les enfants c’est chiant, moi je voulais un labrador.

Si vous avez une solution pour que je réussisse à passer ce palier de la vie de l’enfant je suis preneur, si vous connaissez également un internat pour tout petit…

Bona to Vada

   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sandra 19/06/2010 23:45



Salut,


 


Alors comme on a pas souvent l'occasion de communiquer, je vais tacher de faire un petit tour de temps en temps sur ton blog.


On a pas vraiment eu le temps de se voir, mais apparemment c'est pour chacun la galère même si les enfants tiennent le navire tant bien que mal.


Tu connais un peu ma vie et celles de nos enfants, t'a ta propre expérience de ça et si je devais faire de la psychologie de bas étage, je te dirai que les situations qu'on a choisies nous font
bizaremment nous confronter aux démons de nos passés et que nous ne pouvons pas être Dieu pour nos enfants.


Je sais, ça arrache les tripes, on est conscient de leurs besoins, de leurs manques et on a pas de solution pour les protéger. Il faut apprendre à se construire avec les manques, tâcher de garder
l'unité de  la famille et essayer d'avancer ensemble ce qui est bien compliqué, je sais de quoi je cause!!!!!!


Je suis obligée de passer chaque jour près de 11 à 12h à l'extérieur de chez moi. Quand je rentre, j'ai envie de profiter de ma puce mais je suis toujours stressée par le temps car il en faut
pour jouer, pour la douche, la bouffe, l'histoire, les câlins et la chanson. Et puis il faut pas oublier le grand qui du haut de ses 11 ans a encore besoin qu'on s'occupe de lui, qui se construit
avec une mère complètement en dehors de toute réalité et qui a déjà bien entamé sa préadolescence. Bref, que du BONHEUR!


Tu ne peux pas faire mieux que suivre ton coeur, donner le meilleur et être capable de reconnaître ses propres erreurs et ses faiblesses. Etre à l'écoute et se faire soi même aider quand on a
plus les ressources pour continuer seul. Tout un programme et plein de belles paroles. Pourtant comment faire autrement?


Rassure toi, t'es pas le seul à te  faire des noeuds au cerveau et être au bord de la nausée quand tu vois sur ton enfant les souffrances qu'il est obligé de subir à cause de choix d'adulte.
Moi même, je suis sans cesse déchirer entre mon ambition de réussir sur le plan professionnel, non par vanité mais parce que j'aime relever des défis et que tout est encore à construire dans les
fonctions que j'occupe. J'ai une complète autonomie, personne sur mon dos et ça me va bien. Je supporte plus l'appart' pourri dans lequel je vis, ma façon de dépenser mon fric (qui part entre
autre en fumée) et de ne pouvoir faire aucun projet. Je veux pouvoir offrir une maison à ma famille, être une femme épanouïe pour être aussi une bonne mère mais tout conjuguer est un vrai
casse-tête!


Concilier travail et vie de famille n'est pas simple, surtout quand on passe du temps dans les trajets et ça me bouffe d'avoir le sentiment de faire un choix totalement injuste. Je n'ai pas le
choix, la crise a donné encore un peu plus de pouvoir aux patrons, notemment pour justifier de leur choix budgétaires et comme je suis une femme, je dois en faire encore un peu plus et laisser ma
chair avec 39° de fièvre chez la nourrcie pour prouver que j'en veux. Et quand je rentre à la maison, j'essaie de passer un peu de temps avec elle, d'en profiter et je culpablilise parce que je
sens que je lui manque et combien elle me manque également. Quand je parviens à avoir une journée, c'est pour essayer de passer du temps auprès d'elle. Mon chéri n'en a pas vraiment envie et les
heures auxquelles on se couche ne nous le permettent pas vraiment mais j'ai souvent envie de dormir avec elle pour le plaisir de sentir son odeur et son petit corps que je veux plus que tout
protéger et qui vient se blottir contre mon coeur.


Enfin voilà, tout ça pour dire que si un jour tu trouves le juste équilibre, donne moi la recette car je l'ai pas encore trouvé.


Prends soin de toi et grosse bise à ta petite famille.


 


 



Lerusse 20/05/2010 21:44


bah moi je tire mes source d'un grand psychologue aussi!!
C'est Freud, heu non Dolto, arf non plus, merde c'était qui déjà ???
Ha oui, super nany !!!
N'empêche, je sais pas si c'était truqué comme émission mais à la fin le gosse il était ouachement calme ^^


Lerusse 15/05/2010 09:00


Après l'avoir grondé, tu peux l'enfermer dans sa chambre jusqu'à ce qu'il se soit calmé. Ils se calment toujours au bout d'un moment. Et il aura compris que tu ne cède pas.


Roswell 17/05/2010 22:56



Euh, bah en fait je stock ma bière dans sa chambre alors c'est pas évident ( rt des pédo psy te diraient que la chambre n'est pas un endroit de punition mais un endroit de repos, de jeux et de
developpement, mais la pluspart n'ont pas eu de gamins a eux)



Le Dab 06/05/2010 19:18


Les enfants de troupe, c'est pas mal et ça forge le caractère !!!!!


Roswell 06/05/2010 22:58



Ca existe plus j'ai regardé



Plume Vive 06/05/2010 13:03


en même temps, un labrador, c'est chiant aussi.

claque lui le beignet et dis lui, la prochaine fois, que si sa mère l'aimait vraiment, elle serait là pour lui, et comme c'est pas le cas, il lui reste plus qu'à la fermer et à faire ce que tu lui
dis. non mais.


Roswell 06/05/2010 22:58



j'arrête pas de lui faire ça mais cela ne marche pas