Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 16:20

ça fait deja cent articles que je ponds, je vous arrose depuis déjà 100 pages...
et j'ai si pas de retours négatifs... Vous ne vous lachez pas ( à part toi Plume)
bon un autre dessin de mes vacances
Merci de me suivre depuis tout ce temps...
( Merde je pleure)

Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 16:14

 

 




La reprise du travail est vraiment pas facile
Bona to vada
Repost 0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 14:35

Alors pour faire court et ne pas vous dégouter de vos vacances sordides dans vos pays enneigés, moi je suis allé une semaine dans le sud, il faisait chaud et beau (ou l’inverse), le matin j’étais réveillé par le doux son des enfants saluant le soleil et l’arrivé de la lumière, puis après un petit déjeuner dans le calme et à l’intérieur, nous allions jouer sur la plage, nous baigner, bronzer sur le sable, de retour au mini chalet dans le camping, nous nous subtentions d’un léger repas avant de faire un sieste réparatrice, la fin de journée simplement, nous profitions de la piscine et de ses divers toboggans sous le soleil, pour finir nous allions pour divertir le enfants, jouer sur une aire aménagée pour cela. Puis la soirée se terminait en jeu et discutions.

Ca vous défrise hein !?

Bon pour faire long ; pour vous montrer la réalité, il à fait beau, j’ai pris un coup de soleil de la mort (si je tenais le connard qui donne la mélanine à la naissance), le matin la complainte de trois enfants braillant au lever du soleil m’empêchaient de faire la grasse matinée (vivement l'hiver que le soleil se lève à 11H du matin), on à déjeuné dedans après avoir subit les hurlements de putois d’un voisin de bungalow qui ne supportait pas le rires et/ou pleurs des enfants au reveil, et comme les femmes ont refusés que nous autres mâles nous lui défoncions la gueule à coup de poing virils et décidés et ben pas le choix on petit déjeune à sept dans un placard, après plage pour entendre les hurlements des enfants quand l’un faisait un château de sable et que l’autre reproduisait Godzilla dans Tokyo, du coup je me suis baigné seulement deux heures maxi sur dix jours… forcement le repas qui suivait était leger, des pâtes, Kevin n’a voulut que ça comme repas pendant ces congés. La sieste seul moment de repos me permettait d’aller faire les courses collectives au super U en faisant la queue parce que la caissière ne parle pas Allemand, à la piscine il y avait des gosses partout ça faisait un bruit pas possible et junior à découvert le toboggan, mais comme il est trop petit pour en faire seul, et ben j’ai passé des après midi à descendre, monter, attendre notre tour, menacer du regard le petit con qui voulait me doubler (Oui je suis pas un gentil adulte qui laisse passer les enfants) glisser puis remonter sans fin, comme dans ce film avec bill MURAY et la marmotte, et après une fois sec, rebelote dans l’aire de jeu pour pas que les voisins ne supportent les bruits des enfant jouant à la balle devant leur chalet, « parce que merde, ils ont payé comme les autres et que le calme c’est à tout le monde ! ».Une fois les gosses au lit, enfin en adultes responsables nous jouions à ce jeu de carte si à la mode… Non pas le poker, le Uno.

Je suis hyper content de rentrer dans ma ville.



SI, le mec qui lit le journal les pieds dans l'eau c'est bien moi!
Bona To Vada

    

Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 23:49



Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 19:09
JETLAG
Repost 0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 07:15

TV

Sur les chaine de la TNT, ils diffusent pleins de séries d'une qualité moyenne, le seul truc que j'arrive à regarder, c'est à la limite les Simpson et Futurama.
Mais l'autre jour, alors que je dessinais tranquillement sur le canapé, soudain je tombe sur "Hélène et les garcons" et j'ai touché le fond, le jeu d'acteur est lamentable et l'intrigue inexistante, on est même pas près du ridicule, mais on tombe au delà.
je repense aux années 90 et à la miriade de téléfilms AB qui étaient diffusés alors, que seuls quelques pays sud-Américains ont rachetés pour les diffuser en boucle comme des télénovelas...
Je suis resté scotché, j'ai suivis du début à la fin, je n'ai pas tout compris, mais il me semble compliqué que les pré-ados tombent dedans, c'était déja compliqué avant, mais maintenant c'est terrifiant, ne regardez pas, juste un court passage pour voir la façon dont ils sont habillés, et souvenez vous que à l'époque nous aussi on était sapé pareil... Moi je dis que ça donne à réfléchir...
c'était le coup de gueule du jour

Bona to vada


Repost 0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 16:02
Alors vous aurez une note pas trop longue, je sais que si je pars trop longtemps vous allez m'oublier, alors je laisserais de ci de là, quelques dessins, mais de textes sur ma vie ou sur kevin, à moins qu'il y ai un scanner et le wifi là ou je vais...



Ah oui et je regarde Lost en ce moment!!
Bona to vada
Repost 0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 19:07

Aujourd’hui je vous offre une technique fantastique qui permet de ne pas céder aux vieux qui vous regardent gentiment, de ne pas pardonner l’employé de la poste qui s’est assis sur votre colis de verre Stark, de ne pas subir la rengaine de la fille de la préfecture qui ne comprend pas pourquoi votre dossier que vous avez  déposé en main propre n’est plus dans la panière destinée a cet effet ou de faire plier le garagiste qui vous enfume .

Vous savez quand ces agents vous inondent de détails techniques pour évitez que vous releviez leur incompétence, qui attendent que vous acquissiez pour reporter la faute sur votre dos, si souvenez vous ;

« - Vous comprenez, je n’ai pas grand-chose dans mon caddie »

« - Votre colis nous à été remis dans cet état »

« - Vous êtes certains de l’avoir remis à la bonne personne ? Vous avez son nom ? Alors je ne peux pas vous aider »

« - Ah oui, le Citroën, et bien je vous dis pas, quand on à fait la vidange on s’est aperçu que le delco était vrillé ! »

 

Devant cet étalage de mauvaise foi, c’est simple, fermez votre visage, n’ayez plus aucune expression, comme si vous étiez figé, les yeux ouvert, pas de clignement, regardez le sans rien dire ou faire, surtout pas d’acquiescement, ils ne cherchent que ça les fourbes. Devant votre attitude fermée, ils vont enchainez les absurdités.

Laissez les s’enlisez dans leurs explications, aucun feedback, et après humiliez les, profitez pour une fois pour les regarder de haut, profitez.

Cela s’appelle Le regard bovin, c’est très efficace, ca marche sur tout le monde, seulement dix personnes peuvent résister à cette technique, quelques chef d’états, un moine shaolin et ma mère.

Oui ma mère, elle peut continuer à parler jusqu'à votre mort, cérébrale puis physique, capable de s’auto alimenter dans la conversation, capable d’auto rebondir sur ses propres arguments, de donner le thème et son contraire.

Oui je suis en conflit avec ma mère. Freud je t'emmer... 

Bona to vada

 

 

 

Repost 0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 23:43

Le pouvoir formidable donné à deux irresponsables, sous prétexte qu’ils ont réussi durant un coït à produire un bébé, ils vont attribuer au fil d’une mode ou d'une envie, un prénom à leur enfant, pendant des années cet enfant va peut être subir son prénom, être victime de raillerie de ses camarades, et espérer le retour de la mode qui à inspiré son prénom.

Souvenez-vous des années 90, avec son lot de Brandon, Kelly et Brenda inspirés de Beverley Hill, Et aussi la vague de prénom composés du type Jean-Yves, Jean Louis ou encore François-Régis…

Remarquez que de toute façon l’enfant nous détestera pour son prénom vers l’adolescence si ce n’est pas plus tôt. Alors autant se faire plaisir, ressortir les prénoms que l’on aime ou exhumer les  patronymes de la famille, oser les néologismes ou pourquoi pas utiliser les prénoms connus, du genre Zinedine ou Benito.

En ce moment la mode est aux prénoms courts, par exemple Théo, Zoé, Cloé, et ce qui est formidable avec ces prénoms, c’est que l’enfant arrivera vite a écrire son prénom, en tout cas plus vite que Jean-Baptiste.

Moi pour le mien j’ai choisi un prénom long (en vrai il s’appelle pas Kevin, faut pas déconner), un néologisme à consonance Gaélique et Israélienne, enfin bref un prénom pas commun, si étrange que ma mère n’arrive pas à le prononcer comme il faut et que tout le monde me fait le répéter avant d’ajouter un peu gêné « Ah ! C’est…joli…pas classique ! »

Oui je sais…

Bona to vada

 

Repost 0
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 03:04


Ce n'est pas drole, pas de dessin perso, juste un truc que je voulais faire depuis longtemps, je ne respect pas les canons de l'écriture, mais je vais m'améliorer, il y a même de fautes, c'est certain, mais ne m'en tenez pas rigueur, je ne recommencerais cette experience que très rarement, promis.

La salle était d’un blanc immaculé, sur les murs, recouvrant les fenêtres, des images représentants le maitre spirituel, Patrick était entouré de deux disciples vêtus de blanc, devant eux se dressait le trône du maitre.

Il attendait, serein, habillé d un costume bordeaux, il se leva, regarda Patrick dans le fond des yeux, puis il s’assit par terre.

-          « Patrick, assieds toi au sol afin de communier avec la terre et les éléments. » sa voix était claire, calme, Patrick se mit face au gourou sans dire un mot. « Tu dois avoir mille questions à me poser, mais d’abord je vais te raconter l’origine, la vérité.

Cette vérité Il l’avait déjà entendue, lorsque dans l’aéroport on l’avait alpagué, un discours rodé au possible, la fin du monde, seuls les fidèles seront sauvés, le vrai dieu vient des étoiles et notre gourou est en communication directe avec lui et blablabla. Mais comme il revenait d’un long voyage et que personne ne l’attendait, il a pris le temps d’écouter les arguments, et certains ont fait mouche, il avait posé des questions et les réponses n’avaient pas été satisfaisantes, « on ne peut pas tromper quelqu’un comme vous » avait dit le fidèle, « vous pouvez venir à une de nos réunions et rencontrer des ‘’anges ‘’ » le fidèle en tenue de lin blanc précisa que c’était le nom donné à ceux qui ont eu le plus d’information, et donc qu’ils seront à même de répondre avec exactitude à toutes ces questions.

Et le weekend suivant il se retrouva dans une propriété isolé, à une soixantaine de kilomètres de la ville, tout le monde était gentil avec lui, et on lui autorisa même à garder ses vêtements de ville et ne pas revêtir la tenue de lin réglementaire, pour preuve de l’ouverture d’esprit des occupants.

La propriété était une sorte de pépinière où étaient enseignées les théories de cette croyance, la majorité des écrits étaient simplement repris dans la bible, le coran ou encore la Tora, Patrick avait beaucoup de questions, et il épuisa tour à tour tous les ‘’anges ‘’, ses arguments étaient fins et réfléchies, enfin, le dimanche soir on lui proposa de rencontrer l’élu, celui qui avait directement rencontré Dieu.

 

Dans sa tenue bordeaux, assis par terre, il venait de terminer son discours. Patrick le regardait les yeux grands ouverts, il venait d’écouter avec attention chaque mot, durant un court instant, plus un seul bruit ne régna dans la salle, puis Patrick fouilla dans sa poche et en sortit une feuille pliée en quatre, jauni et couverte d’une écriture appliquée.

« Je vois que vous avez écrit vos questions, je vais me faire une joie de vous répondre, désirez vous un verre d’eau avant tout cela ?

- Euh ?! Patrick s’éclaircit la voix, il n’avait pas parlé depuis plus d’une heure, plongé dans l’écoute de son interlocuteur, Oui, avec plaisir »l’instant d’après, il reprit « alors voila monsieur.

- Appeler moi Uriel, c’est mon nom dans l’Ether qui nous attend »

- Ah ! Patrick sembla décontenancé, Monsieur Uriel, je ne comprends pas certain détails, par exemple, vous dites que nous serons réincarnés, et il me semble que la réincarnation n’est pas citée dans les différents livres saints ?

- Détail, Jésus, le prophète des chrétiens, n’a-t-il pas été réincarné ?

- et bien non, j’ai revérifié et le terme exact c’est, il regarda sa feuille de notes, Ressuscité !

- Oui c’est pareil, disons que les catholiques et autres ont interprété avec les connaissances du moment.

Patrick fixa le gourou puis repartit dans ses notes

-          Et concernant l’apocalypse, si j’ai bien compris, Dieu nous pardonnera tous ? dans les écrits de la plupart des religions c’est stipulé ! Mais vous ne voulez sauver qu’une poigné d’entre nous ?

-          C’est une bonne question, vous allez voir c’est mathématique, nous n’avons jamais été aussi nombreux qu’aujourd’hui n’est ce pas ? A l’époque des premiers contacts avec les ‘’entités’’, la population était bien moindre et permettait d’emmener tout le monde, mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas nous sommes biens plus nombreux, il faut faire une sélection vous comprenez ?

Patrick prit une profonde inspiration.

« -Alors ? La lumière était tellement vive que l’on distinguait avec peine, on voyait juste un homme grand assis derrière son bureau. Le rapport est arrivé ?

-A l’instant Monseigneur, on nous le transmet au moment ou je vous parle ;

-Je n’aime pas attendre, doit on craindre de ce nouveau sur notre marché ? Est-ce un concurrent sérieux ?

-Je ne crois pas Monseigneur, il a une faible pénétration sur le marché et son offre semble restreinte à une clientèle à faible taux d’expansion, il reprit son souffle en consultant ses notes puis reprit son discours. De plus il utilise un argumentaire de vente sans nul doute très proche du notre ce qui semble nous favoriser auprès du client futur, plus enclin à se rapprocher des valeurs historique du marché.

-je n’aime pas que l’on veuille me voler mes clients marmonna t’il en se penchant en arrière.

-Vraiment monsieur je ne pense pas que l’on à craindre de lui, il s’essoufflera rapidement.

Il se leva si violement que se chaise tomba à la reverse, toujours noyé dans la lumière il tonna.

-Vous me disiez la même chose pour les musulmans et aujourd’hui ce courant qui devait ralentir aussi vite qu’il était arrivé nous handicape dans la progression, pour ne pas dire qu’il nous a dépassés, je ne veux pas prendre de risque, nettoyez moi ça.

-mais ?! Monseigneur.

- ce n’est pas discutable. »

 La lumière baissa soudain, des nuages noirs se précipitèrent vers la ferme, créant une chape au dessus de celle-ci.

Les fenêtres s’ouvrirent, arrachant les tapisseries qui les recouvraient, le vent balaya la pièce devenue si sombre.

Le gourou hurla à tous de ne pas s’inquiéter, mais les fidèles couraient dans tous les sens, la peur, incontrôlable leur prenait le ventre, tous se précipitèrent dehors, mais le gourou lui restait assis à observer Patrick, tous deux étaient resté immobile dans la tourmente.

-          « Je n’arrive pas à bouger, La voix d’Uriel tremblait, vous non plus ?

-          « en fait si, Patrick se leva calmement, il épousseta sa veste beige, regarda autour de lui, comme si la situation soudaine ne le touchait pas.

Il marcha dans la pièce, la tête penchée en avant, il grommelait il semblait réfléchir, comme si plusieurs personnes discutaient en lui.

-          C’est de ta faute, tout ça ! il parlait clairement, mais son regard semblait vide. Moi j’ai horreur de faire ça, passe encore l’espionnage industriel, même si on pourrait prendre des personnes moins qualifié que moi pour ces taches ingrates, mais la destruction de matériel et le fait d’effacer les preuves je trouve ça indigne de moi.

-          Comment ?la panique se lisait maintenant sur les traits du gourou. Qui êtes-vous bon Dieu !

-          T’es con jusqu’au bout toi, tu sais il ne pardonne plus vraiment en ce moment, alors si en plus tu blasphème

-          Vous êtes un Ange ?! un vrai ? Et vous parlez de Dieu ? Il va venir me chercher ? Il souriait à présent.

Un éclair, et plus rien.

 

 

 

 

Repost 0